• Francois

Stratégies d'Action islamique et l'ISESCO (2/2)

La « Stratégie de l’Action Islamique Culturelle à l’extérieur du Monde Islamique ».


Bon, il faut bien que mon futur livre se vende un minimum donc je ne vais pas non plus tout révéler gratuitement n’est-ce pas :-) ? Mais cela reste une responsabilité morale d’en dire suffisamment pour que vous ayez de quoi réfléchir de votre côté.

Vous pouvez lire la Stratégie vous-mêmes, mais c’est une véritable torture pour les méninges. Je ne peux que recommander de commencer par le point a) « L’axe culturel » du chapitre VI : « Les domaines d’action », page 92 (page 84 du fichier PDF).

Auquel cas, reste le livre du Dr Jean-Frédéric Poisson : « L’Islam à la conquête de l’Occident : la stratégie dévoilée », publié aux Éditions du Rocher en 2018.[1]


De mon côté, cela doit bien faire 4 ou 5 ans que je connais l’existence de cette stratégie. Probablement par l’intermédiaire du site « Riposte Laïque » que je consultais régulièrement à l’époque. Un site que Wikipédia classifie comme d’extrême droite et d’islamophobe.

Pour ce que j’en sais, que ce soit du point de vue biblique ou psychologique, je respecte plus des gens qui disent ce qu’ils ont sur le cœur, sans forcément adhérer à l’ensemble de leurs thèses, que ceux qui jouent sur les bonnes apparences. L’analyse qui suit est simpliste, mais pas si erronée que cela pour nombre de cas. Les personnes qui disent ce qu’elles ont sur le cœur, indépendamment du regard d’autrui, sont souvent franches (sans forcément avoir raison sur le fond d’un sujet). Celles qui jouent sur les seules bonnes apparences sont souvent manipulatrices, donc indignes de confiance. Souvent des individus pour qui faire le mal est aussi ludique que prémédité. Ils ont la particularité de jouer avec les mots : semi-vérités[2] ou contradictions grotesques, masquées par des complices actifs.[3]

Dans tous les cas, mon intention est de seulement présenter des faits et de vous laisser réfléchir de votre côté.


S’il fallait donner mon opinion personnelle, mettons que je désapprouve complètement l’Islam dans sa globalité. C’est à dire l’Islam tel qu’il est et la façon dont le prosélytisme qui s’y réfère est mis en œuvre.

Par sa nature même, l’Islam s’oppose à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948. Or cette Déclaration Universelle des Droits de l’Homme fait partie intégrante de notre Constitution. Et la Constitution est en quelque sorte la garante de l’organisation et du fonctionnement de notre État, de ses institutions et des droits et des libertés de ses citoyens. Par ailleurs, le Centre Européen pour la Loi et la Justice confirme l’incompatibilité entre Islam et Droits de l’Homme ![4]

Certains pourraient argumenter qu’une Déclaration Islamique des Droits de l’Homme existe[5]. Adoptée au Caire le 5 août 1990 par l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI)[6], elle donne le ton dès l’article 1 : « Tous les hommes sans distinction (…) sont égaux en dignité, en devoir et en responsabilité. » Mais pas en droits, semble-t-il. Quand 57 pays signent une telle déclaration, l’excuse du « malheureux oubli » ne passe absolument pas.

L’article 5 est on ne peut plus clair et va dans la même direction que la Stratégie de l’Action Islamique Culturelle à l’extérieur du Monde Islamique ! Je cite : « (…) les hommes et les femmes ont le droit de se marier. Aucune entrave relevant de la race, de la couleur ou de la nationalité ne doit les empêcher de jouir de ce droit. ». L’appartenance religieuse ne fait pas partie des entraves qui ne peut pas empêcher un homme et une femme de se marier ! Point de dilution de la race idéologique, donc !


Cette Déclaration du Caire s’érige en contre-projet Islamique à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. En effet, l’article 25 de ladite déclaration est très clair : « La Charia est l’unique référence pour l’explication ou l’interprétation de l’un quelconque des articles contenus dans la présente Déclaration ». Par conséquent, l’article 6 qui mentionne l’égalité homme-femme au plan de la dignité considère intrinsèquement et irréfutablement au moins le point suivant : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci… Les femmes vertueuses sont obéissantes à leurs maris. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. » Coran, Sourate 4:34.


Pour mémoire, dans la note 7 du précédent article, le Coran est présenté comme la « Parole complète, en vérité et en justice » d’Allah et que « rien n’abrogera ses Paroles ».[7] Il y a bien eu des tentatives de fatwas qui condamnent les violences domestiques et/ou les crimes d’honneur. L’une d’elles, émise par l’Université Al-Azhar du Caire, autorisait les femmes à battre leur mari en retour, dans un contexte de légitime défense. Ce qui a hérissé le poil des « radicaux » qui se contentent de défendre le seul texte original révélé par Allah.[8] (certains défenseurs des droits ont même mis en garde contre le risque d’escalade de violence à cause de cette fatwa).


Une autre fatwa contre les violences domestiques et crimes d’honneur vient du Canada, suite à un cas extrêmement médiatisé dans cette partie du monde[9]. Point capital qui sera développé ultérieurement : les imams Canadiens qui s’engagent médiatiquement dans la lutte pour l’égalité des genres, ou contre le terrorisme Islamique… c’est-à-dire qui s’engagent au nom de valeurs « occidentales » se réclament du Soufisme (cas de l’imam Syed Soharwardy par exemple).

Au Pakistan, ce sont toujours 1/5ème des crimes d’honneur de toute la planète qui se produisent. Un chiffre… très probablement sous-estimé, par ailleurs selon le HBVA, réseau de sensibilisation aux crimes d’honneur ![10]


Certains continuent de dire que ces crimes d’honneur ne sont pas encouragés par le Coran et qu’il s’agit d’une traduction approximative de l’Arabe au Français, à l’Anglais… ou tout autre langage. Sauf que les traductions du Coran reçoivent (ou non) une reconnaissance officielle des autorités musulmanes en la matière. Et quand bien même un seul mot ne peut être parfaitement retranscrit par un autre mot, il est toujours possible de paraphraser, de laisser des notes explicatives...

L’Arabie Saoudite dont la langue officielle se trouve être l’Arabe, encourage les crimes d’honneur et autres violences domestiques en se basant sur l’Islam. Pour mémoire, c’est effectivement l’Arabie Saoudite qui a été élue à la commission des droits de femmes de l’ONU en mai 2017. Tout en étant mondialement classée 141/144 quant à l’égalité hommes-femmes par le Forum Economique Mondial, à la même époque ! [11]

Cette supercherie de la double pensée orwellienne[12] n’est certes pas spécifique à l’Islam. Les convoitises économiques incontrôlées interviennent clairement à ce niveau. Ce que confirme Marc Trevidic, ancien juge anti-terroriste.[13]


Mais ce qui vient d’être présenté me permet de développer pourquoi par principe, en tant que Chrétien, je n’éprouve pas de sympathie pour l’Islam.

L’un des surnoms officiels d’Allah est « Al-Makir » : le trompeur[14]. Ce qui s’écrit ainsi, sauf erreur de ma part : مَكَرَ. Et cela se traduit ainsi : tromperie, ruse, sournoiserie. Or, Allah est parfait aux yeux des Musulmans ; comment donc rendre acceptable ce trait de caractère aux yeux des croyants (Musulmans) ?

La réponse est simple : la tromperie devient acceptable si elle est pratiquée sur les « hypocrites » et sur les « mécréants ». Comment le Coran définit-il de telles personnes ? Selon le Coran, les hypocrites incluent les Musulmans qui sont « indécis (entre les croyants et les mécréants), n’appartenant ni aux uns, ni aux autres ».[15] Et les mécréants ? Ils incluent « les Juifs (qui) disent : «Uzayr est fils d'Allah» et les Chrétiens (qui) disent : «Le Christ est fils d'Allah».[16]

Pour faire simple : cela inclut au moins tous les Chrétiens (pour les Juifs, je n’en sais pas assez).

Et qu’est-ce qui justifie l’usage de la ruse envers les « gens du Livre » qui ne croient pas en Allah ? C’est « tout simplement » le fait d’être en guerre.[17] « La guerre est une affaire de ruse ». [18]


Et quel serait le moyen de résoudre un tel conflit, d’arrêter l’existence même d’une telle guerre ? C’est de s’humilier et d’accepter un traitement aussi odieux que discriminant.[19]

Oser assimiler l’Islam à une religion de paix… cela semble aussi extravagant, irresponsable et criminel que de s’imaginer que l’Arabie Saoudite est un exemple en termes de droit des femmes ! Les gens qui agissent ainsi se donnent belle apparence. Tandis que les femmes Saoudiennes doivent serrer un peu plus les dents ! Bibliquement, cela me fait penser à Proverbes 24:24 : « Celui qui dit au méchant : « Tu es juste », les peuples le maudissent, les nations s’indignent contre lui. ». Ou bien à Proverbes 25:26 : « Comme une fontaine troublée et une source corrompue, Ainsi est le juste qui chancelle devant le méchant. »


Pour finir, il est intéressant d’analyser ce qu’il arrive à des Musulmans qui dénoncent ouvertement les exactions de l’Etat Islamique, ou qui exposent la finalité ultime de la Oumma Islamique dans un pays non Musulman (réussir à faire un Etat dans l’Etat). C’est le cas de l’imam Mohammed Tawhidi par exemple.


Un autre point que je trouve déplaisant, c’est le prosélytisme Islamique qui veut convaincre autrui avec des demi-vérités. Je me souviens de ce prêtre catholique, affecté au collège privé où j’étais, et qui aimait bien rappeler : « Avec Dieu tu peux dire oui, tu peux dire non ».

Dans l’Islam, il est difficile de dire non après avoir dit oui. Les prosélytes de l’Islam pourraient avancer que le Coran ne contient aucune punition à destination des apostats de l’Islam. Ce qui semble vrai, en regard de l’avancée actuelle de mes recherches en la matière. Mais la Charia, i.e. la Loi Islamique, s’inspire aussi des Hadith Sahih[20]. Et la punition pour apostasie est sans appel : c’est la mort.[21]

Dans le Sahih al-Bukhari, on y apprend même qu’il est préférable de simplement tuer les apostats que de les incinérer. Le Sahih Muslim précise dans quels cas il est permis de tuer un Musulman : quand il pratique l’adultère en étant marié, quand il a lui-même tué (une vie pour une vie) et quand il a déserté le Din (« religion ») : l’Islam.


Malgré tout, je suis du genre à respecter du mieux que possible des gens que je considère comme des ennemis. Je ne vais pas leur balancer de saucisson à la figure juste pour le fun. Au contraire, je suis au courant du sentiment de fierté qu’il y a à être musulman. La relation entre vie quotidienne et vie religieuse est tellement imbriquée chez les Musulmans que le fait de remettre en cause l’Islam, c’est remettre en question l’ensemble de l’existence de plus d’un milliard d’individus. D’autant que la grande majorité de ces gens sont devenus musulmans uniquement parce qu’ils sont nés dans une famille musulmane. L’apostasie est un tabou absolu. Même ceux qui ont apostasié l’Islam vont prétendre, pour nombre d’entre eux, continuer à pratiquer la foi musulmane. Seuls quelques-uns vont ouvertement prêcher la Chrétienté après avoir apostasié, comme le pasteur évangélique Saïd Oujibou. Si on veut pousser les Musulmans à ouvrir les yeux sur la nature ambiguë et destructrice de l’Islam, il est indispensable de leur présenter quelque chose sur quoi ils pourraient se raccorder. Ce, dans le but de combler le vide dans leur vie que l’apostasie aura créé.


Après, on ne peut pas réellement imposer aux Musulmans de se convertir à la foi Chrétienne. On peut leur présenter ce qu’il en est, mais le choix doit venir d’eux-mêmes. Mais pour se faire, encore faut-il qu’ils se confrontent[22] à des gens qui ont un minimum de foi et d’expérience dans la Chrétienté ! Car personnellement, je vois la montée de l’Islam en Occident comme la conséquence directe de notre abandon de la foi en Dieu et de notre culture chrétienne. Tout à fait le même type de punition que les Hébreux ont dû subir plusieurs fois, en leurs temps, pour s’être détourné de Dieu, entre l’invasion de Jérusalem, la destruction du Temple, la corruption aux idoles ou l’exil à Babylone.

Les musulmans et leurs sympathisants sont ce qu’ils sont. Mais si les Musulmans avaient trouvé en face d’eux des Chrétiens à la foi forte et unie, ils n’auraient jamais eu l’influence ni le poids qu’ils ont à l’heure actuelle. Et ce, quelles qu’auraient été les décisions politiques qui favorisent, à dessein ou non, l’Islamisation.[23]


S’il fallait laisser mon cœur parler, j’oserais dire que je considère les Musulmans de la manière suivante. Ils me rappellent un certain Saul de Tarse. Ce personnage biblique des premiers temps de l’Église qui, en plus d’avoir approuvé la lapidation du premier martyr, Étienne, souhaitait s’impliquer plus activement dans la lutte contre les membres de cette communauté qui ont embrassé les enseignements blasphématoires d’un certain Nazaréen : Jésus. Car Saul « respirait la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur ».[24]

Un jour que Saul se rendit de Jérusalem à Damas pour de nouveau « ravager l’Église »[25], il eut la révélation divine (gentiment traumatisante) que Jésus était bien le Seigneur[26]. Et c’est ainsi que celui qui persécutait les premiers membres de l’Église « prêcha dans les synagogues que Jésus était le Fils de Dieu ».[27] Et de persécuteur, il devint persécuté car « au bout d’un certain temps, les Juifs se concertèrent pour le tuer ».[28] Converti au Christianisme, Saul fut baptisé sous le nom de Paul. Et il devint l’un des Fondateurs de l’Église, du même niveau que Pierre l’apôtre.

Et c’est ainsi qu’à mon sens, les Musulmans actuels seraient semblables à Saul de Tarse. Tandis que les Musulmans apostats et convertis à Jésus seraient comparables à Paul qui a risqué de perdre la vie plusieurs fois à cause de sa foi. Mais gardons bien en tête Saul n’est pas Paul. Et qu’il est donc vital de s’adapter accordement.

[1] Que je n’ai pas lu :-p


[2] (re)lire l’article « Dette et économie » pour un cas actuel de semi-vérité


[3] Cliquez sur le second lien de la note numéro 16 de l’article 1/2 sur la stratégie Islamique pour un exemple en cours à l’échelle du pays


[4] https://eclj.org/religious-freedom/pace/la-charia-est-elle-compatible-avec-les-droits-de-lhomme- et

https://eclj.org/religious-freedom/coe/confrontation-de-la-charia-islamique-et-des-droits-de-lhomme-au-conseil-de-leurope


[5] https://www.oic-iphrc.org/fr/data/docs/legal_instruments/OIC_HRRIT/942045.pdf


[6] La même OCI qui a créée… l’ISESCO


[7] Sourate 6 :114-115


[8] https://www.thenational.ae/world/mena/domestic-fatwa-stirs-outrage-1.503419


[9] https://www.huffingtonpost.ca/2012/02/04/honour-killing-imams-fatwa-against_n_1254697.html?guccounter=1&guce_referrer=aHR0cHM6Ly93d3cuZ29vZ2xlLmNvbS8&guce_referrer_sig=AQAAAK7uruY2VpS8NmEYYmXM77ctjecs7cfq1qbngjE2-vREX8ELogCBfAqUXCr9zggQIgpa9V03RyXpBqpUN56RqDY28FZGYXv47jGUtiv81JyxENjTKQ-azrtgnRKqSFKul1bjzXkxf_3Smf6fzSyHR7ntEH7UA0YvmjN-mfy6-bie


[10] http://hbv-awareness.com/statistics-data/


[11] http://reports.weforum.org/global-gender-gap-report-2016/rankings/


[12] Allusion au roman prophétique réalisé « 1984 » de Georges Orwell


[13] https://www.youtube.com/watch?v=Oz0WKTmmTxs, à partir de 6:50


[14] https://www.muslim-library.com/dl/books/English_NAMES_OF_ALLAH.pdf


[15] Sourate 4 « An-Nisa »:142-143


[16] Sourate 9 « At-Tawbah »:30-32


[17] Sourate 98 « Al‐Bayyinah »: 6. « Ceux qui ont mécru (Al‐Ladhina Kafarou) parmi les gens du Livre, ainsi que les Moushrikines iront au feu de l'Enfer, pour y demeurer éternellement. De toute la création, ce sont eux les pires. »


[18] Sahih al-Bukhari livre 56, Hadith 236 (3029)


[19] « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humilies. » Sourate 9 « At-Tawbah »:29


[20] voir partie 1/2 pour un rappel sur le Coran et les Hadith


[21] Sahih al-Bukhari volume 9, livre 84, n°57 et Sahih Muslim, livre 16 n°4152


[22] « confronter » au sens « confrontation d’idées ». Ce que les adeptes de philosophie ou de démocratie connaissent.


[23] Le Pacte de Marrakech, approuvé de façon inconstitutionnelle, est l’un des derniers engagements

officiels qui va plus ou moins directement en ce sens. Pour plus d’info qui s’accorde avec ce

qui s’appelle la Réalité : https://www.upr.fr/france/que-penser-et-que-faire-du-pacte-de-marrakech-approuve-par-macron-de-facon-inconstitutionnelle-et-dans-le-dos-des-francais/amp (tout est dans le titre

comme qui dirait. Un titre à la sauce Asselineau :-p)


[24] Actes 9:1


[25] Actes 8:3


[26] Actes 9:3-9


[27] Actes 9:20


[28] Actes 9:23

©2019 par La Chrétienté nouvelle. Créé avec Wix.com